Esperanto, langue commune équitable pour l'Europe
Multidic 2016 : Dictionnaire français-espéranto de 51000 entrées. Dictionnaire français-espéranto pour smartphone Android ici
Traduko de la esperanta vorto (ekz.: jxauxdo):
Traduction du mot français:

Kiu verkis la libron 'Gerda malaperis'? 
     
Esperanta vorto por: societo dependa de alia 
En la kategorio 'objektoj'
Kio estas tio?

Via respondo (ekz. jxauxdo):

Citations sur l'espéranto, sur la langue internationale et œuvres traduites en espéranto

Informations collectées par Jean-Pierre Ducloyer et Christian Bertin.
Si vous avez d'autres informations pour compléter cette page, utilisez le lien "kontakto" sur la page d'accueil.

Albert Ier (1875 - 1934), roi des Belges (1909-1934). Ses positions courageuses pendant la guerre de 1914-1918 lui valurent le surnom de Roi-Chevalier. Il se tua en escaladant des rochers près de Namur. © Hachette Livre, 1997.

Sous son haut patronage se tint le 7ème Congrès Universel à Anvers du 20 au 27 août 1911 où participèrent 1733 congressistes de 42 pays.

Albert Ier (Honoré Charles Grimaldi, prince de Monaco sous le nom d') (Paris, 1848 - id., 1922), savant et océanographe. © Hachette Livre, 1997.

(voir Broglie).

Allègre (Claude), ministre de l'éducation Nationale, 08.1997

Il ne faut pas compter l'anglais comme une langue étrangère.

Alphonse XIII (1886-1941), roi d'Espagne (1886-1931), fils posthume d'Alphonse XII; il fut contraint de s'exiler. © Hachette Livre, 1997.

En nommant le Docteur Zamenhof Commandeur de l'Ordre d'Isabelle la Catholique, je n'ai fait que rendre un petit hommage à l'immense mérite du créateur de l'Espéranto. Vous pouvez me considérer non seulement comme un ami de l'Espéranto, mais comme un espérantiste.

Ampère (André Marie) (1775-1836) physicien et mathématicien français. Particulièrement précoce (il composa à treize ans un traité sur les sections coniques), il fut inspecteur général de l'Université, membre de l'Institut, professeur au Collège de France. Il étudia l'action des courants électriques sur les aimants et l'action mutuelle des courants, créant ainsi l'électrodynamique et ouvrant la voie à de nombreuses inventions. © Hachette Livre, 1997.

Il a inventé à 18 ans, "une langue universelle" au service de la paix et du rapprochement des peuples.

Armand (Louis) (1905 - 1971), ingénieur français (S.N.C.F.), président de l'Euratom (1957-1959). Académie française (1963). © Hachette Livre, 1997.

Je confesse très volontiers l'ampleur des services que pourrait rendre l'usage d'une langue auxiliaire et je ne suis pas du tout de ceux qui refusent l'Espéranto en prétextant que c'est une langue artificielle.

Bacon (Francis, baron Verulam) (1561 - 1626) homme politique, savant et philosophe anglais; chancelier d'Angleterre sous Jacques Ier. Adversaire de la scolastique et partisan de la méthode expérimentale dans Instauratio magna, il établit une théorie de l'induction dans Novum Organum (1620) et une nouvelle classification des sciences; ses Essais de politique et de morale ont paru en anglais et en traduction latine (1597, 1612 et 1624). © Hachette Livre, 1997.

Il élabora le schéma d'une langue universelle.

Baden-Powell (Robert Stephenson Smith, 1er baron) (1857-1941) général britannique, fondateur du scoutisme (1908). © Hachette Livre, 1997.

Si vous souhaitez pour votre patrouille un langage secret, apprenez l'Espéranto. Ce n'est pas difficile et le livre d'étude coûte 10 centimes. On utilise cette langue dans tous les pays: vous pourrez par son intermédiaire vous débrouiller à l'étranger.

Balzac (Honoré de) (1799-1850) écrivain français. D'abord clerc de notaire, puis d'avoué, il commence par écrire des romans d'aventures. Après des tentatives malheureuses dans le domaine de l'édition et de l'imprimerie, il revient à la littérature: le Dernier Chouan (1829, prem. éd. des Chouans), la Physiologie du mariage (1830), la Peau de chagrin (1831) ont du succès. Désormais, sa vie est consacrée à un énorme travail dont sont issus près de 100 ouvrages: la quasi-totalité forme un ensemble qu'il a appelé, en 1841, la Comédie humaine (dont certains personnages réapparaissent dans des dizaines de romans) et qu'il a découpé en Scènes de la vie privée (Gobseck, la Femme de trente ans), de province ( Eugénie Grandet, le Lys dans la vallée, Illusions perdues), parisienne (le Père Goriot, César Birotteau, Splendeurs et misères des courtisanes, la Cousine Bette, le Cousin Pons, Histoire des Treize), politique (Un épisode sous la Terreur), militaire (les Chouans), de campagne (le Médecin de campagne), en études philosophiques (Louis Lambert, Séraphita) et analytiques (Petites Misères de la vie conjugale). Il a également écrit les Contes drolatiques, une abondante correspondance (Lettres à l'étrangère, adressées à la comtesse polonaise Hanska, qu'il épousa en 1850 peu de mois avant de mourir) et quelques pièces de théâtre (Vautrin, la Marâtre, etc.). Maître du roman dit réaliste, doué d'une imagination et d'un sens de l'observation étonnants, visionnaire puissant, il a peint la passion, l'énergie, la prise du pouvoir (par le monde de l'argent, notamment), bref toute la société française de la prem. moitié du XIXe s. ART Sculpture de Rodin (1897, bronze, 2,80 m de haut); refusée par la Société des gens de lettres, qui l'avait commandée, elle ne trouva un emplacement (à Paris, bd Raspail, au croisement du bd Montparnasse) qu'en 1939. © Hachette Livre, 1997.

"Eugénie Grandet" a été traduit en 1909 par E. Gasse.

Barbusse (Henri) (1873 - 1935) écrivain français. Le Feu (1916, prix Goncourt) dénonce l'horreur de la guerre de 1914-1918. Ses derniers ouvrages célèbrent la Russie soviétique. © Hachette Livre, 1997.

Ceux qui ont conçu l'idée d'une langue internationale, ont eu cette gloire et ce génie d'entreprendre l'union des Hommes par le commencement.

Il ne faut pas dire: il y a des choses plus importantes et plus urgentes à faire que d'apprendre l'Espéranto. On n'a plus le droit de différer cette mission commune qui se présente à chacun.

Bastié (Maryse) (1898-1953) aviatrice française, commandeur de la Légion d'Honneur, croix de guerre avec palme, médaille de la Résistance. Nombreux records internationaux (distance et durée). Elle traversa en solitaire l'Atlantique Sud (1936). © Hachette Livre, 1997.

Dans mes nombreux voyages, j'ai toujours souhaité l'emploi d'une langue internationale commune. L'Espéranto, simple et facile, devrait être obligatoire.

Becquerel (Henri) (1852-1903) physicien français, fils d'Edmond Becquerel; il étudia la phosphorescence et découvrit ainsi la radioactivité de l'uranium en 1896. Prix Nobel de physique 1903 avec P. et M. Curie. © Hachette Livre, 1997.

Belin (édouard) (1876 - 1963), inventeur français de la phototélégraphie (bélinographe). © Hachette Livre, 1997.

Le bélinographe permettait la transmission d'images à distance par l'intermédiaire d'une ligne téléphonique.

Après avoir constaté la rapidité et la facilité de nos travaux obtenus par l'intermédiaire de l'Espéranto, je suis formellement résolu à apprendre cette langue.

Bellay (Joachim du) (1522-1560) poète français, cousin de Guillaume et de Jean du Bellay; il fut l'un des principaux membres du groupe de la Pléiade, dont il écrivit le manifeste (Défense et illustration de la langue française, 1549). Ses sonnets, souvent mélancoliques, sont d'une langue délicate: l'Olive (1549), les Regrets (1558), les Antiquités de Rome (1558). © Hachette Livre, 1997.

Oh hélas ! Comme il serait mieux s'il existait dans le monde seulement une langue naturelle au lieu d'employer tant d'années pour apprendre les mots ! Et cela nous le faisons jusqu'à l'âge très souvent où nous n'avons plus la capacité ni le temps de nous.

Défense et illustration de la langue française, 1549.

Berthelot (Marcellin) (1827-1907) chimiste français. Autodidacte, expérimentateur, il réalisa de nombreuses synthèses organiques à partir d'éléments minéraux et fonda la thermochimie. Ministre de l'Instruction publique (1886-1887) puis des Affaires étrangères (1895-1896), secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences (1889), élu à l'Académie française (1901), il repose au Panthéon avec sa femme. La liste de ses ouvrages est impressionnante. © Hachette Livre, 1997.

Espérantiste distingué. Zamenhof en salua le souvenir lors du Congrès de Cambridge le 12 août 1907.

Bible (la)

"Et Jahvé dit: "Voici que tous font un simple peuple et parlent une seule langue.. Maintenant aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Descendons. Et là, confondons leur langage pour qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres.

La Genèse 11.4.

C'est là (à BABEL) que Jahvé confondit le langage de tous les habitants de la terre et c'est de là qu'il les dispersa sur toute la face de la terre.

La Genèse : 11.9.

Blum (Léon) (1872-1950), homme politique et écrivain français. Chef du parti socialiste S.F.I.O. après le congrès de Tours (1920), il présida deux gouvernements du Front populaire (1936-1937 et 1938) responsables d'importantes mesures sociales. Les Allemands le déportèrent en 1943. D'octobre 1946 à janvier 1947, il fut président du Conseil au sein d'un gouvernement socialiste homogène. © Hachette Livre, 1997.

Je voudrais que dans tous les villages et dans toutes les villes, on enseigne l'Espéranto qui serait un facteur pour l'entente des peuples et le plus sûr moyen pour maintenir la paix universelle.

Boirac (Professeur) , recteur de l'université de Grenoble

L'espéranto sera la latin de la démocratie

Brandt (Herbert Karl Frahm, dit Willy) (1913-1992), homme politique allemand; chef du parti social-démocrate (1964 à 1987), chancelier de la R.F.A. de 1969 à 1974. Il mena une politique de détente avec l'Est, mais une affaire d'espionnage le contraignit à démissionner. Président de l'Internationale socialiste de 1976 à 1992. Prix Nobel de la paix 1971. © Hachette Livre, 1997.

En août 1970, il témoigne, une fois de plus, sa sympathie aux efforts des travailleurs espérantistes par le télégramme suivant :

Aux participants du XLIIIe congrès universel des travailleurs espérantistes, j'adresse mes cordiales salutations. Je me réjouis du grand nombre d'hôtes d'Europe et d'autres continents réunis à Augsbourg. Le but de l'intercompréhension pacifique au-delà des conceptions diverses et des frontières mérite le soutien de toutes les forces spirituelles et politiques.

à une autre occasion :

Les succès de l'Espéranto sont reconnus par l'UNESCO. Que l'ONU veuille bien insister avec efficacité pour que l'on poursuive l'œuvre commencée par le Docteur Zamenhof.

Broglie (Maurice, duc de) (1875 - 1960), physicien français, petit-fils d'Albert, duc de Broglie; spécialiste des rayons X. Académie des sciences (1924). Académie française (1934). © Hachette Livre, 1997.

L'adoption d'une langue auxiliaire assurerait un puissant progrès à l'humanité... Pour ceux qui entretiennent des relations avec des personnes de langue étrangère, une telle langue doit être la seconde langue à maîtriser; elle leur épargnerait l'étude des autres langues étrangères le jour où la connaissance de la langue auxiliaire serait généralisée.

Avec 42 membres de l'Académie des Sciences, il émet le vœu en 1924 que l'Espéranto "chef d'œuvre de logique et de simplicité" soit introduit dans le programme des classes de Sciences et reconnu comme langue officielle dans les congrès internationaux.

Avec Jean PERRIN et Jean CHARCOT.

Bujwid (Odo) (1857-1942), bactériologiste polonais. Fidèle ami de Zamenhof et son proche collaborateur dans l'Association polonaise d'Espéranto, il perpétue son travail après sa mort.

On peut à peine aujourd'hui s'imaginer à quel point les relations entre les peuples seraient facilitées le jour où ceux-ci comprendraient enfin la nécessité d'une langue commune.

Caï Yuanpei (1868-1940), homme d'état chinois.

Grand espérantiste et grand défenseur de la Culture et de la démocratie, il apporta une contribution importante au développement de la Culture et de l'éducation en Chine.

Il importe avant tout de s'en tenir à une langue. L'essai de l'Espéranto a été concluant. Il vit, il prospère, il répond à tous les besoins auxquels doit répondre une langue auxiliaire. Assurons le développement de l'Espéranto, et de lui seul.

Cart (Professeur Théophile) (1855-1931), polyglotte, licencié de grec et de latin, agrégé en langues modernes, lecteur à l'Université d'Uppsala, en Suède (1891-1892) puis professeur au Lycée Henri IV (1892-1921) et à l'école des Sciences Politiques à partir de 1893.

Castro (Fidel) (1927-) révolutionnaire et homme politique cubain. Dès 1953, il dirigea une guérilla contre le régime du dictateur Batista (1956-1958) . Premier ministre en 1959, chef de l'état en 1976, il établit une dictature socialiste (1962). Il dénonça l'ingérence économique des états-Unis à Cuba et chercha l'appui de l'U.R.S.S. en imposant un tiers-mondisme militant (expéditions militaires en Angola, en éthiopie, à partir de 1975). Isolé au sein de la communauté internationale depuis l'effondrement du bloc soviétique, il doit faire face à une contestation intérieure. © Hachette Livre, 1997.

Je me considère comme un soldat de l'Espéranto. Peu importe que vous soyez peu nombreux, votre idée vaincra. Elle vaincra car elle est juste. Chaque nation a sa langue, l'humanité doit avoir la sienne, l'espéranto.

Discours prononcé lors du 75e Congrès Universel à La Havane en 1990.

Cervantès (Miguel de Cervantes Saavedra, en fr.) (1547 - 1616), écrivain espagnol. Soldat, il fut prisonnier des pirates barbaresques de 1575 à 1580. Il passa une importante partie de sa vie à écrire des comédies. En 1585 parut son roman pastoral, Galatée et, en 1605, la première partie de son chef-d'œuvre Don Quichotte de la Manche. Il publia ses Nouvelles exemplaires et le Voyage au Parnasse en 1614, une série de comédies (Ocho Comedias) et la seconde partie de Don Quichotte en 1615. Ce roman symbolise l'opposition entre le réel et l'idéal, la vérité poétique et la vérité concrète. © Hachette Livre, 1997.

œuvre traduite en Espéranto.

Charcot (Jean) (1867-1936), océanographe français, fils de Jean Martin Charcot. Explorant les régions polaires, il disparut lors du naufrage de son bateau, le Pourquoi-Pas?, près du Groenland. © Hachette Livre, 1997.

(voir Broglie).

Charcot (Jean Martin) (1825 - 1893), neurologue français. Ses recherches sur l'hystérie et sur l'hypnotisme furent à l'origine des premiers travaux de Freud.

MED Maladie de Charcot: sclérose latérale avec atrophie musculaire. © Hachette Livre, 1997.

Membre de l'Académie des Sciences.

J'ai trop de maîtres et d'amis qui s'intéressent à l'Espéranto pour ne pas être convaincu.

Cherubini (Luigi) (1760-1842) compositeur italien; directeur du Conservatoire de Paris de 1822 à 1841: nombreuses messes, motets, cantates, opéras-comiques et opéras (Médée, 1797; Pygmalion, 1809). © Hachette Livre, 1997.

Très intéressé par le SOLRESOL, langue arbitraire dérivée de 7 notes de la gamme, inventée par le Français Jean Sudre (1817-1866) et qui fut présentée à la Cour de Napoléon III.

N.B.: 600 langues ont été créées en 4 siècles, sans succès.

Collin (Yvon) rapporteur spécial de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation.

Séance du Sénat du 6 décembre 1996, extraits :

M. le président. Le Sénat va examiner les dispositions du projet de loi concernant les transports : le transport aérien, la météorologie et le budget de l'aviation civile.

La parole est à M. le rapporteur spécial.

M. Yvon Collin, rapporteur spécial de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation.

...(...)...

En tout état de cause, Airbus étant l'une des plus belles réalisations européennes, nous devons, à l'image de ce que font nos amis américains pour leurs entreprises, lui accorder un soutien financier et politique sans faille.

Tout comme les 1 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires de l'industrie aéronautique civile dans les vingt prochaines années ont réussi le miracle de faire entrer Seattle dans les bâtiments qui bordent le Mall de Washington, nous devons réussir à mettre en place un espéranto européen de l'industrie aéronautique civile partagé par les gouvernements européens concernés.

...(...)...

Coménius (Jan Amos Komenský, dit) (1592 - 1670) humaniste tchèque. Prêtre des Frères moraves, auteur de Porte ouverte sur les langues (1631), il est un précurseur de la pédagogie moderne. © Hachette Livre, 1997.

Une langue commune est nécessaire pour le monde. Elle doit être "entièrement nouvelle" et "plus facile que toutes les langues".

Comte (Auguste) (1798-1857) philosophe français, fondateur de l'école positiviste. Après avoir été secrétaire du philosophe et économiste Saint-Simon, de 1817 à 1824, il commença la publication de son Cours de philosophie positive (1830-1842). Son système est fondé sur une réflexion historique selon laquelle l'esprit humain, dans chaque civilisation comme dans chaque individu, passe nécessairement du stade théologique au stade métaphysique pour s'élever au stade positif. à l'âge positif, "il n'y a qu'une maxime absolue, c'est qu'il n'y a rien d'absolu". à partir de 1845, sous l'influence de Clotilde de Vaux (rencontrée en 1844), il prôna une "religion de l'humanité". © Hachette Livre, 1997.

Dans son "Système de politique positive", il appelle de ses vœux une "langue planétaire pour l'établissement de l'universelle harmonie".

Couturat

L'espéranto n'est pas une langue figée et morte, simple décalque de nos idiomes, c'est une langue capable de vivre, de se développer et de dépasser en richesse, en souplesse et en variété les langues naturelles. Enfin, c'est une langue susceptible d'élégance et de style si l'on admet que la véritable élégance consiste dans la simplicité et la clarté, et que le style n'est que l'ordre qu'on met dans l'expression de sa pensée.

Dante Alighieri (1265-1321) poète italien. En 1295, il fut mêlé à la vie politique de la République florentine dont il devint, en 1300, l'un des six hauts magistrats. Guelfe "blanc" (c.-à-d. modéré: plus florentin que romain), il fut condamné par les "noirs" au bannissement perpétuel et mena, à partir de 1302, une existence de proscrit (à Bologne, Vérone et Lucques) avant de se retirer à Ravenne. Dante était encore un enfant lorsqu'il s'éprit de Béatrice Portinari. Après la mort de la jeune femme (1290), il la fit revivre dans un amour idéalisé, l'une des sources les plus profondes de son inspiration, qu'il évoque déjà dans les sonnets, ballades et canzoni de sa première grande œuvre: la Vita nuova (achevée v. 1294). Entre 1304 et 1307, il rédigea un traité philosophique, Il Convivio ("le Banquet", inachevé), où il entrevoit la possibilité d'une langue commune à toute l'Italie (idée également exprimée dans son De vulgari eloquentia, en lat., 1303-1304). Il écrivit également, en lat., un traité politique, De monarchia (1310-1313), tout en travaillant à ce qui sera l'un des chefs-d'œuvre de la littérature universelle: la Divine Comédie (entre 1306-1308 et 1321). © Hachette Livre, 1997.

Il y a une langue qui n'est la propriété de personne, qui est audible dans chaque ville, dans chaque région mais qui n'appartient à aucune ville ou région définie. C'est un nouveau soleil qui brillera là où était l'obscurité. Et ...on la critique...par fierté personnelle parce que l'on connaît plusieu??

Denez (Per) Il fut tout d'abord professeur d'anglais, puis homme de presse et avant tout chercheur en langue bretonne, professeur de breton à l'Université de Rennes, il dirigea jusqu'en 1990 la section de langues celtiques de l'Université de Rennes 2.

Article de la revue "Le Peuple Breton", n° 433, janvier 2000.

Parce que militant breton, j'ai appris l'espéranto. Et je ne cesse de m'étonner du peu d'intérêt de notre mouvement-dans son ensemble-pour ce qui est un excellent et pratique moyen de communication. En tant que linguiste, j'admire l'espéranto, Zamenhof a fait là une création de génie. Je trouve cette langue belle et harmonieuse. On en apprend les bases en 16 règles de grammaires et 15 jours de travail : excellent investissement.

C'est la revue "Gwalarn", créée par Roparz Hemon en 1925, qui m'a -des années plus tard!- amené à l'espéranto. Pourquoi Hemon, dans son travail d'ouverture de la Bretagne au monde, a-t-il choisi l'espéranto ? Alors qu'il pratiquait parfaitement l'anglais. La raison en est simple! parce que l'espéranto, à la différence de l'anglais ou du français, n'est le vecteur d'aucun impérialisme. Zamenhof n'avait pas seulement voulu créer un moyen de communiquer : l'espéranto était pour lui un symbole et un outil de paix. La "Verda Stelo" (l'étoile verte) brillerait sur un monde plus humain.

"Gwalarn" publia des vocabulaires de base et une petite grammaire. Mais surtout Roparz Hemon créa un supplément espéranto à "Gwalarn" : NordOkcidento" qui parut de 1928 à 1931 (une réédition est en cours). Ce supplément informe sur la Bretagne mais il informe aussi les Bretons sur le mouvement espérantiste mondial et, plus encore, il tente de faire accepter l'espéranto comme l'une des langues des relations interceltiques, pour mettre fin à l'hégémonie de l'anglais.

Avec son 11ème numéro, Roparz Hemon -ne rencontrant pas assez d'échos- cessa la publication de sa revue. Il avait pourtant eu le temps de faire paraître un important document, disponible en espéranto et en breton : "Esploro pri la situacio de la bretona lingvo en 1928". L'enquête montrait que pour 1.200.000 personnes, le breton était la langue normale de la conversation quotidienne.

J'ai personnellement tiré grand profit de mon apprentissage de l'espéranto : il m'a permis de m'initier à des littératures peu connues : estonienne et ouzbeck, par exemple.

Je reste convaincu de l'importance pour nous de l'espéranto. Voilà pourquoi "Hor Yezh" a publié, en 1978, deux dictionnaires et une grammaire rédigés par Erwan Ar Menga. Voilà pourquoi j'ai demandé à mon vieil ami Merwen Runpaot de rédiger un manuel d'espéranto en breton. Cet excellent ouvrage est paru en 1993 (1). Ensuite est paru un manuel en espéranto pour étudier le breton, traduction de la méthode "Brezhoneg buan hag aes" (2). Il reste encore à paraître un livre d'exercices.

Je parlais des littératures avec lesquelles l'espéranto m'a permis de lier connaissance. J'en ai publié des traductions en breton. Une de celles que je préfère est une belle nouvelle "Istor Gunnel" d'un jeune auteur disparu trop tôt : Pelle Molin. On peut la lire en breton dans le recueil "Pa ne varver ket en aner" (3). Un mot à propos de ce dernier titre : c'est l'œuvre de Manuel de Pedrolo, écrivain catalan interdit sous Franco, et qui transgressa la censure française en publiant d'abord son texte en version bretonne, dans "Al Liamm".

Interdit par beaucoup de totalitarismes, l'espéranto n'en est pas moins bien vivant : 5 millions d'espérantistes, plus de 15000 livres, 80 revues ou journaux, une forte présence radiophonique. En 1997, pour le centenaire de la langue, le Congrès de Varsovie a réuni 6000 participants venant de 72 pays.

Apprenez l'espéranto. Pour recevoir et pour donner. Pour aider à créer un monde de liberté sous le signe de la Verda Stelo.

  1. "Komprenit an esperanteg! -Komprenu esperanton!", 208p, Hor Yezh, 1983, 90F
  2. "La bretona lingvo rapide kaj facile", 256p., Hor Yezh, 1997, 120F
  3. "Quand on ne meurt pas pour rien", Hor Yezh, 1997

Descartes (René) (1596-1650) philosophe et savant français. Il fait ses études chez les jésuites au collège de La Flèche (1604-1612) puis étudie le droit avant de s'engager dans l'armée hollandaise et au service de l'électeur de Bavière. Durant cette période (1617-1628), où il voyage beaucoup, Descartes observe et médite plus qu'il ne lit. En 1629 il est en Hollande, où il restera vingt ans. Après les Règles pour la direction de l'esprit (v. 1626-1628; posth., 1701) et le Traité du monde, qu'il renonce à publier en 1633 (quand Galilée est condamné par le Saint-Office), paraissent en 1637 trois textes scientifiques: la Dioptrique, la Géométrie et les Météores, précédés du Discours de la méthode, où il expose une méthode pour conduire sa raison, pas à pas, dans la découverte de la vérité, et pour reconstruire les principes de la science. Cette démarche fait appel à la métaphysique (Méditations sur la philosophie première, 1641; Principes de la philosophie, 1644); les fondements d'une philosophie dont le point de départ est le doute sont alors jetés. Se trouve ainsi mise en question l'existence du monde, pour passer au cogito ergo sum ("je pense, donc je suis"), et enfin à la "preuve ontologique" de l'existence de Dieu (idée de perfection); Dieu est pour Descartes le "garant" de son système de connaissance. Dans le Traité des passions de l'âme (1649), son dernier ouvrage, il s'attache à décrire les interactions de l'âme et du corps, montrant que les passions ne doivent pas être rejetées mais, dans la mesure du possible, maîtrisées: avec sa "générosité" et grâce à sa volonté, l'homme devra "entreprendre et exécuter toutes les choses qu'il jugera être les meilleures...". Descartes meurt à Stockholm où, invité par Christine de Suède, il s'était rendu à la fin de l'année 1649. © Hachette Livre, 1997.

"Le discours de la Méthode" a été traduit en 1906 par le Dr Eugène Noël.

J'oserais espérer une langue universelle fort aisée à apprendre, où il n'y ait qu'une seule façon de conjuguer, de décliner, de construire les mots...

20 novembre 1629. Lettre de Descartes à son ami, le Père Mersenne :
Il faudra que l'humanité crée une langue internationale; sa grammaire sera si simple qu'on pourra l'apprendre en quelques heures; il n'y aura qu'une seule déclinaison et une seule conjugaison; il n'y aura point d'exceptions ni irrégularités et les mots dériveront les uns des autres au moyen d'affixes.

Diesel (Rudolf) (1858 - 1913), ingénieur allemand; inventeur du moteur qui porte son nom (1897). © Hachette Livre, 1997.

Depuis de nombreuses années je m'intéresse moi-même à l'espéranto. Cette langue auxiliaire, internationale remplit la condition de base pour que beaucoup de peuples l'acceptent et qu'elle soit, de plus, un lien naturel avec les principales langues par la géniale simplicité et la logique de sa structure.

Il est difficile de comprendre les oppositions à une chose si utile pour l'humanité. Je considère l'espéranto comme une nécessité pour la paix et la culture.

Doumer (Paul) (1857-1932), homme politique français. Gouverneur général de l'Indochine (1897-1902), président du Sénat (1927) puis de la République (1931), il fut assassiné par un Russe blanc, Gorgulov, qui fut guillotiné. © Hachette Livre, 1997.

On n'a pas le droit de ne pas savoir ce qu'est la langue artificielle du Docteur Zamenhof. Je ne me convertirai peut-être jamais à la foi espérantiste, mais, du moins, je la connaîtrai et je donnerai quelques heures à l'étude de la langue elle-même. (juin 1910).

Drees (Willem) (1886-1988) Ministre hollandais des Affaires Sociales de 1945 à 1948 puis premier ministre en 3 périodes jusqu'en 1958. Membre de l'Association des Travailleurs Espérantistes (F.L.E.) de Hollande.

Nous devons enfin avoir une langue commune pour l'utilisation internationale et, aussi séduisant que puisse paraître l'idée de choisir pour cette langue internationale l'une de celles qui sont déjà parlées par des centaines de millions d'hommes, je suis convaincu qu'une langue neutre comme l'espéranto, devant laquelle tous les hommes se trouvent égaux en droit, est préférable.

Duhamel (Georges) (1884 - 1966), écrivain français. Dans ses premiers récits, il évoque l'expérience de la guerre: Vie des martyrs (1917), Civilisation (1918). Son œuvre est dominée par deux cycles romanesques: Vie et aventures de Salavin (1920-1932) et Chronique des Pasquier (1933-1945). Académie française (1935). © Hachette Livre, 1997.

Interview par Pierre Delaire sur la chaîne nationale de la radiodiffusion télévision française, le 23 décembre 1954, extraits :

J'ai, au long de ma vie, assisté à plusieurs expériences de langues internationales... L'expérience de l'espéranto semble la plus réussie, celle qui doit arriver à un véritable succès... L'espéranto peut être appelé à un grand avenir, surtout pour les personnes qui, étant appelées à se déplacer, ont intérêt à avoir un seul instrument. Il est évident qu'il m'est arrivé, au long de mes voyages, de parcourir cinq, six, sept pays différents... Je ne pouvais pas parler dans la langue de ces sept pays et, dans ces conditions-là, une seule langue intermédiaire pourrait être pratiquée avec succès par un certain nombre de personnes...

L'espéranto est-il destiné à donner des œuvres d'art, à donner des chefs-d'œuvre littéraires ? Je crois que l'espéranto pourrait donner un jour lieu à des œuvres exceptionnelles et qui seraient destinées à un grand public divers... Je suis très fier de constater que j'ai de mes livres en braille et de mes livres en espéranto.

Edouard VII (1841-1910), roi d'Angleterre, fils aîné de la reine Victoria; il régna sur la Grande-Bretagne et l'Irlande de 1901 à 1910. Libéral, habile diplomate, il promut l'Entente cordiale avec la France (1904). © Hachette Livre, 1997.

Je pense que l'espéranto est un grand bienfait pour l'humanité et j'exprime le désir qu'il ait le plus complet et rapide succès.

Eiffel (Gustave) (1832 - 1923), ingénieur français, pionnier de l'architecture du fer. Il construisit le viaduc de Garabit (1882-1884), à Paris la tour Eiffel et réalisa l'armature métallique de la statue de la Liberté (1886, New York). - Tour Eiffel: tour construite (1887-1889) pour l'Exposition universelle de 1889 sur la partie du Champ-de-Mars qui borde la Seine. Entièrement métallique, elle comporte trois plates-formes: la première à 57,63 m du sol, la deuxième à 115,73 m, la troisième à 276,13 m. Sa masse est de 7175 t; sa hauteur totale actuelle, antenne de l'émetteur de télévision comprise, est de 320,755 m. © Hachette Livre, 1997.

L'espéranto... sans avoir eu le courage de m'y mettre une bonne fois, ce que mon grand âge rend excusable, je ne manque jamais de le recommander aux jeunes, comme l'une des connaissances les plus faciles et les plus utiles que l'on puisse acquérir.

Mardi, 21 juin 1910.

Esnault-Pelterie (Robert) (1881 - 1957), ingénieur français. Il conçut les premiers monoplans, inventa le dispositif de commande appelé "manche à balai" et posa les fondements de l'astronautique. © Hachette Livre, 1997.

Pionnier de l'aviation. Créateur des avions "REP", théoricien de l'astronautique, il fut membre de l'Académie des Sciences.

Je suis entièrement convaincu du grand mérite de la langue auxiliaire "espéranto" et de son utilisation toujours plus grande dans les relations internationales.

Farman (Henri) (1874-1958) aviateur, constructeur d'avions français, d'origine britannique. Ils contribuèrent au développement de l'aviation. Henri effectua en 1908 le premier vol avec passager. © Hachette Livre, 1997.

Il n'est pas donné à tout le monde d'être polyglotte, et, avec les progrès incessants de la locomotion, il est nécessaire que tous les peuples puissent se comprendre; une langue internationale facile, à la portée de tous, est devenue absolument indispensable...

Feneyrol (Michel), directeur du Centre National d'études des Télécommunications.

USTIFY">Extrait de son livre "Des pyramides du pouvoir aux réseaux de savoirs-Tome 1", 1997 ou 1998 :

La complexité de la société de l'information résulte, on l'a vu, pour une part importante, du foisonnement de techniques et de normes qui la caractérisent, d'où le succès de toutes les tentatives de faire communiquer entre eux équipements et systèmes hétérogènes : le codage numérique, le protocole Internet et bientôt Java, qui est aux logiciels de Microsoft, en informatique, ce que l'espéranto est à l'anglais, comme langage universel.


Forel (Auguste) (1848-1931) médecin et entomologiste suisse. Rencontre avec Zamenhof au congrès de Genève en août 1906.

Il n'est pas vrai que l'utilisation de l'espéranto n'est pas réalisable dans la pratique. Il suffit de l'enseigner partout dans les écoles pour recevoir sur toute la terre une langue simple, réciproquement compréhensible. Je comprends mieux les Anglais en espéranto qu'en anglais.

Il déclarait "avoir appris la langue internationale en cinq heures complètes sinon pour la parler, du moins pour la lire et l'écrire.

Forsman (Lars), professeur de langues.

"Svenska Dagbladet", 15.11.1991"

--------------- version française -------------

Comme professeur de langues, j'étais très sceptique à propos de l'espéranto jusqu'à ce que je me trouve, il y a quelques années, devant un groupe de professeurs d'espéranto afin de faire une conférence sur la pédagogie des langues. Je constatais alors que cette langue que l'on dit "artificielle" était utilisée avec élégance par les participants entre eux et aujourd'hui -- après avoir été professeur depuis quatre ans à l'école Supérieure Populaire de Karlskoga, dans la section Espéranto --, je sais qu'elle fonctionne aussi bien que toute autre langue.

Gandhi (Mohandas Karamchand), dit le Mahatma, "la Grande âme" (1869-1948), philosophe, ascète et homme politique indien. Il fut le principal artisan de l'indépendance de l'Inde, qu'il entreprit d'obtenir de la G.-B. par la non-violence active: boycottage des denrées importées de G.-B., grève de la faim, etc. Il ne put cependant empêcher la partition du sous-continent indien en 1947 ni le déchaînement des violences entre hindous et musulmans qui suivit l'indépendance, et mourut assassiné par un fanatique hindou. Autobiographie: Mes expériences avec la vérité (1927). © Hachette Livre, 1997.

Apôtre de la non-violence en Inde.

Je suis pour un même calendrier pour le monde entier, comme je suis pour une même monnaie pour tous les peuples et pour une langue auxiliaire mondiale comme l'espéranto pour tous les peuples.

Gaulle (Charles de) Gaulle (Charles de) (Lille, 1890 - Colombey-les-Deux-églises, 1970), général, homme politique français. à la tête d'une division cuirassée en 1940, puis sous-secrétaire d'état à la Guerre dans le cabinet P. Reynaud, il refusa l'armistice et partit pour Londres, d'où il lança un appel à la résistance le 18 juin 1940. Ayant dirigé la résistance franç. contre l'occupant allemand, il assuma le pouvoir après son entrée à Paris, le 25 août 1944, puis démissionna de la présidence du gouv. provisoire (juin 1944-janv. 1946). Il fonda en 1947 le Rassemblement du peuple français (R.P.F.), au sein duquel il développa les thèmes de l'indépendance et de l'unité nationales, mais l'échec du mouvement l'amena, en 1953, à se retirer de la vie politique ("traversée du désert"). En 1958 (événements d'Algérie), il fut appelé par le président Coty à former un gouv. (1er juin) et fit approuver par référendum (28 sept.) une Constitution qui instaurait la Ve République, dont il fut élu en déc. le premier président; il mit fin à la guerre d'Algérie (accords d'évian, 1962), impulsa une action diplomatique audacieuse et fit réviser la Constitution (élection du président de la République au suffrage universel, 1962). Réélu en 1965, il dut faire face à la crise de mai 1968 et démissionna en 1969 après l'échec subi par le référendum portant sur la "régionalisation" et la réforme du Sénat. écrivain, il est l'auteur d'ouvrages militaires (Vers l'armée de métier, 1934) et de Mémoires (publication 1954-1959 et 1970-1971). © Hachette Livre, 1997

Lors d'une conférence de presse, le 15 mai 1962, De Gaulle a dit en parlant de Goethe, Dante et Chateaubriand : Ils n'auraient pas beaucoup servi l'Europe s'ils avaient été apatrides et s'ils avaient pensé, écrit en quelque espéranto ou volapük intégré.

Genevoix (Maurice) (1890-1980) écrivain français de la vie du terroir (Raboliot, prix Goncourt 1925). Récits de guerre: la Boue (1921), les éparges (1923). Les préoccupations des héros de son roman Un jour (1976) font écho aux inquiétudes des hommes de notre temps. Lorelei (1978) est un "roman d'apprentissage". Son dernier ouvrage, Trente Mille Jours, a été publié en 1980. Académie française en 1946. © Hachette Livre, 1997.

Interview à la radio sur la chaîne nationale par Pierre Delaire, le 18 février 1955. Quelques extraits :

Ce que je souhaite, et ce que je souhaite vivement, ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que les nations se soucient d'abord de tout ce qui peut les rapprocher, de tout ce qui peut les amener à une compréhension et à une tolérance mutuelle-et dans ce domaine-là une seconde langue, vraiment internationale et commune, peut être-cela va de soi-d'extrême conséquence, d'une bienfaisance sans prix, pour les générations à venir...

L'espéranto n'est pas du tout une langue uniforme, une langue robot, mais, au contraire, une langue naturelle et souple...

Je sais qui est Zamenhof, je sais que vous avez traduit des œuvres qui appartiennent au patrimoine de la littérature universelle et d'ailleurs vous devriez continuer dans cette voie...

L'espéranto est en mesure d'exprimer les nuances les plus subtiles de la pensée et du sentiment, elle est propre à permettre, par conséquent, l'expression la plus juste, la plus littéraire, la plus esthétique et de nature à satisfaire les esprits les plus ombrageux et les plus particularistes, et il ne peut pas porter ombrage aux fidèles des langues nationales...

Puisqu'à force de conviction, de foi, d'efforts convaincus, vous avez déjà alerté les opinions internationales, puisque le nombre de vos adeptes va sans cesse se multipliant, puisqu'ainsi la question de l'espéranto est à l'ordre du jour, vous êtes en passe de gagner...

Il manque quelquefois au dernier moment, l'impulsion décisive, ce que Lucrèce appelait le clinamen, mais cela, M. Delaire, c'est votre affaire précisément. Par ces temps atomiques de réactions en chaîne, c'est à vous, en somme, de déclencher cette chaîne-là. Bon courage donc, car celle-là au moins n'a rien pour nous effrayer, au contraire.

Goethe (Johann Wolfgang von) (1749 - 1832) écrivain allemand. Par l'étendue et la variété de ses connaissances, par ses dons de poète, de romancier, de critique, il rappelle les grands génies de la Renaissance. Son prem. drame, Götz von Berlichingen (1774), et son roman épistolaire, les Souffrances du jeune Werther (1774), portent la marque du "Sturm und Drang": le héros romantique se révolte contre les dieux et contre l'ordre social. à cette période appartiennent deux autres drames (Clavigo, 1774; Stella, 1776) et la prem. version de Faust (dit Urfaust, 1773-1775). Installé à la cour de Weimar en 1775, Goethe, sans négliger les forces "démoniaques", exprime une sorte de consentement à l'ordre universel; Iphigénie en Tauride (en prose, 1779; en vers 1787), Egmont (1787), Torquato Tasso (1789), marquent ce tournant. V. aussi Roi des aulnes (le). Il donne ensuite un roman, les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister (version définitive, 1796), une épopée bourgeoise en hexamètres ( Hermann et Dorothée, 1797) et une suite de ballades ( la Fiancée de Corinthe, l'Apprenti sorcier, etc.), écrites sur l'encouragement de Schiller. En 1808, il publie la prem. partie de son Faust, pièce qui rend sa célébrité universelle, et en 1809 les Affinités électives, roman autobiographique. Les poèmes du Divan occidental et oriental, nouveau chef-d'œuvre, sont édités en 1819. Des travaux scientifiques, les Années de voyage de Wilhelm Meister (1821-1829), ses mémoires ( Poésie et Vérité, posth., 1833), le second Faust (1832) achèvent son œuvre, que complètent une volumineuse Correspondance (notamment avec Schiller) et de précieuses Conversations avec Eckermann, rédigées par ce dernier. © Hachette Livre, 1997.

Sa tragédie "Iphigénie en Tauride" a été traduite par le Dr Zamenhof en 1908 et jouée en Espéranto au Congrès de Dresde en 1908.

Gogol (Nikolaï Vassilievitch) (Sorotchintsy, prov. de Poltava, 1809 - Moscou, 1852), écrivain russe. Il obtint rapidement le succès avec trois recueils de nouvelles: les Veillées du hameau près de Dikanka (1831-1832); Mirgorod (1835), qui contient le récit historique "Tarass Boulba", et Arabesques qui, outre des nouvelles (notamment le "Journal d'un fou", 1835), contient des essais divers. En 1836, il donna une comédie acerbe, le Revizor. Son chef-d'œuvre, le Manteau (1841), court récit réaliste et fantastique, exerça une influence considérable. Dans les âmes mortes (1842), il révélait au lecteur "l'homme russe tout entier" et l'absurdité de la situation humaine. Il publie le Nez en 1843. Parti en 1848 pour la Terre sainte et Jérusalem, il finit sa vie dans l'ascétisme. © Hachette Livre, 1997.

Zamenhof traduisit le "Revizor" en 1908.

Gorki (Alexeï Maximovitch Pechkov, dit Maxime) (1868 - 1936) écrivain russe. Son existence mouvementée d'orphelin vagabond, qu'il rapporte dans une trilogie (Ma vie d'enfant, 1913-1914; En gagnant mon pain, 1915-1916; Mes universités, 1923), inspira son œuvre, fort abondante. Il connut le succès (Foma Gordeïev, roman, 1899) et se montra favorable aux idées révolutionnaires (la Mère, roman, 1907), mais non à la violence. Il fut salué comme le promoteur du réalisme socialiste (Vie de Klim Samguine, 1927-1936). Théâtre (populiste et tchékhovien): les Petits-Bourgeois (1902), les Bas-Fonds (1902). © Hachette Livre, 1997.

Une opinion conservatrice prouve obstinément que l'Espéranto est une utopie. La véritable réalité qui se développe peu à peu, mais toujours plus énergiquement, renverse l'opinion des conservateurs.

Grabowsky (Anton) ( ????-1921) ingénieur polonais. Il fut la première personne avec qui Zamenhof parla Espéranto en 1887. Il traduisit de nombreux livres et poèmes et fut président de l'Académie d'Espéranto.

Hagège (Claude), professeur au Collège de France,

Audition sur la politique linguistique en Europe par la COMMISSION DES AFFAIRES éTRANGèRES de l'ASSEMBLéE NATIONALE, mercredi 31 mars 1999, séance de 10 heures, sous la présidence de M. Jack Lang. Texte complet de l'audition.

...(...)...

L'anglo-américain est devenu un espéranto de facto. On pourrait s'en réjouir mais sa prédominance a des conséquences culturelles et économiques défavorables aux pays non anglophones. L'Europe s'est en quelque sorte fait "hara kiri" en acceptant l'aide des Etats-Unis. Depuis, son territoire est largement ouvert à l'anglo-américain.

Sans être espérantiste lui-même-il estime qu'une langue fabriquée ne contient pas suffisamment d'objets culturels-M. Claude Hagège a rappelé que le souhait des promoteurs de l'espéranto était qu'une langue fût utilisée dans le monde entier sans porter les valeurs d'un pays en particulier. Tel n'est pas le cas de l'anglo-américain, langue de la plus grande puissance du monde. Depuis le déclin de l'Union soviétique, qui constituait un autre pôle d'attraction-répulsion, l'influence de cette langue est de plus en plus forte. La seule réponse valable à cette évolution réside dans une éducation multilingue précoce.

...(...)...

Herriot (Edouard) (1872-1957), homme politique et écrivain français. Président du parti radical (1919-1957), il fut chef du gouvernement en 1924-1925 (Cartel des gauches) et en 1932, puis président de la Chambre des députés (1936-1940) et de l'Assemblée nationale (1947-1955). Maire de Lyon (1905-1955), il réalisa de grands travaux d'urbanisme. Auteur notamment d'œuvres de critique littéraire et musicale. Dans la forêt normande (1925), la Vie de Beethoven (1929), la Porte océane (1932), Lyon n'est plus (1937-1940), Jadis (mémoires, 1948-1952). Académie française (1946). © Hachette Livre, 1997.

A l'occasion du 37ème Congrès Universel d'Espéranto, je suis heureux d'exprimer de nouveau ma sympathie pour le mouvement Espéranto. Je souhaite que l'attention des scientifiques soit attirée par les travaux de ce Congrès et par les services pratiques que peut présenter l'espéranto.

Honnorat (André) (1868-1950), sénateur, ministre de l'Instruction Publique, membre de l'Institut.

L'espéranto, par sa souplesse et sa précision, convient justement pour la traduction de documents officiels et diplomatiques dont les nuances les plus subtiles doivent être scrupuleusement respectées.

Hugo (Victor) (1802-1885) écrivain français. Fils d'un général d'Empire, il fait ses études à Paris, au lycée Louis-le-Grand. En 1822, Louis XVIII lui attribue une pension pour son prem. recueil: Odes, et il épouse Adèle Foucher, dont il aura cinq enfants. Entre 1827 (Préface de son drame Cromwell) et 1830 (représentation d'Hernani, qui est l'occasion d'une célèbre "bataille"), il s'affirme comme le chef du romantisme. De 1830 à 1840, il publie: un grand roman historique, Notre-Dame de Paris (1831); des drames, Marion de Lorme (1831), Le roi s'amuse (1832), Marie Tudor (1833), Lucrèce Borgia (1833), Ruy Blas (1838); et surtout quatre recueils de poésies, où il se montre maître dans l'expression lyrique des idées et des sentiments: les Feuilles d'automne (1831), les Chants du crépuscule (1835), les Voix intérieures (1837), les Rayons et les Ombres (1840). En 1833, Juliette Drouet entre dans sa vie; leur liaison durera jusqu'à la mort de Juliette (1883). En 1843, sa fille Léopoldine se noie à Villequier. à partir de cette date, sans restreindre son activité littéraire, il se lance dans la vie politique. Député en 1848, il s'oppose au coup d'état du 2 décembre 1851, et prend le chemin de l'exil (Bruxelles, Jersey, Guernesey) pour ne revenir à Paris qu'en 1870. Années fécondes: Napoléon le Petit (pamphlet, 1852), Châtiments (poèmes satiriques, 1853), les Contemplations (lyriques, 1856), la Légende des siècles (épiques, 1859-1883); romans: les Misérables (1862), les Travailleurs de la mer (1866), l'Homme qui rit (1869). En 1876, il est élu sénateur; en 1882, la nation tout entière célèbre son 80e anniversaire; lorsqu'il meurt, la République lui fait des funérailles grandioses. Il avait encore publié l'Année terrible (poèmes, 1872), Quatre-vingt-treize (roman, 1874) et l'Art d'être grand-père (poèmes, 1877). Son œuvre, sans doute inégale, frappe par la diversité et la puissance créatrice. Académie française (1841). © Hachette Livre, 1997.

Inazo Nitobe (1862-1933) scientifique, membre de l'Académie Impériale du Japon.

Il participa au Congrès International de Prague en 1921 pour se rendre compte de l'efficacité de la langue.

On peut affirmer avec une certitude absolue que l'Espéranto est de huit à dix fois plus facile que n'importe quelle langue étrangère et qu'il est possible d'acquérir une parfaite élocution sans quitter son propre pays. Ceci est en soi un résultat très appréciable.

"Esperanto as an International Language" (1922). Rapport réalisé en tant que Secrétaire Général de la Société des Nations.

Jaurès (Jean) (1859-1914), homme politique et écrivain français. Député de Carmaux (1893), battu parce que dreyfusard (1898), réélu (1902), il fut un des leaders du socialisme français et un brillant orateur. Il fonda le Parti socialiste français (1901), le journal l'Humanité (1904), puis dirigea, avec J. Guesde et é. Vaillant, le parti socialiste S.F.I.O. créé en 1905. Hostile à la politique coloniale et à la guerre, il fut assassiné par le nationaliste Raoul Villain (31 juillet 1914). Il publia notamment: Histoire de la Révolution française (1898), Histoire socialiste 1789-1900 (1901 à 1908), la Commune (1907), l'Armée nouvelle (1911). © Hachette Livre, 1997.

Son corps repose au Panthéon depuis le 21/05/1981. Il proposa au Congrès de l'Internationale Socialiste de Stuttgart en 1907 l'emploi de l'espéranto pour les informations diffusées par l'Office Bruxellois de l'Internationale.

Javal (émile) (1839-1907) ophtalmologiste, travaux sur l'éducation des aveugles. En juillet 1905, il accueille chez lui Zamenhof et sa femme, venus en France pour le 1er congrès universel à Boulogne sur Mer. Grand ami de Zamenhof, il échangea avec lui une importante correspondance.

Jean XXIII (Angelo Giuseppe Roncalli) (1881-1963) pape de 1953 à 1963, dans un souci d'aggiornamento ("mise à jour") de l'église, il convoqua le second concile œcuménique du Vatican et publia notamment l'encyclique Pacem in terris (1963). © Hachette Livre, 1997.

L'Espéranto est la langue universelle de notre époque.

Jean-Paul II (Karol Wojtyla) (1920 - ) pape depuis 1978. Archevêque (1964) de Cracovie, il est créé cardinal par Paul VI en 1967. Premier pape polonais de l'histoire, il impose rapidement au monde sa forte personnalité et, à l'intérieur de l'église, entreprend une mise au point doctrinale qui s'exerce notamment dans les domaines de la théologie et de la morale. © Hachette Livre, 1997.

A plusieurs reprises il a manifesté de la sympathie pour l'espéranto qu'il utilisa pour la première fois le 3 avril 1994 pour sa bénédiction Urbi et Orbi lors de son message pascal avec 51 autres langues.

Jonas (Franz) (1899-1974) président de la République autrichienne de 1949 à 1974, espérantiste.

Il salua la presse mondiale en espéranto lors de sa visite à Paris en avril 1972.

Bien que la vie internationale devienne toujours plus intense, le monde officiel perpétue les vieilles et inadéquates méthodes de compréhension linguistique

Discours prononcé en espéranto en 1970, pour l'inauguration du Congrès Universel de Vienne

Kalocsay (Kalman) (1891-1976) éminent médecin hongrois, espérantiste.

Kennedy (Robert Francis) (1925-1968), homme politique américain, attorney général, frère de John Fitzgerald Kennedy. Il fut assassiné alors qu'il était candidat à la présidence des états-Unis. © Hachette Livre, 1997.

Sénateur américain.

C'est très probable qu'une langue neutre serait plus utile comme moyen de communication entre les diverses nations du monde. L'Espéranto est déjà depuis longtemps l'un des principaux candidats à cette fonction.

Kotarbinsky (Tadeusz) (1886-1981) président de l'académie des sciences de Pologne, membre principal de l'Université Internationale d'été (1948-1973).

La Fontaine (Jean de) (Château-Thierry, 1621 - Paris, 1695), poète français. Avocat au Parlement, il ne plaide guère. Il se marie (1647) et reprend (1652) la charge paternelle de maître des Eaux et Forêts, se montrant fonctionnaire négligent, époux et père indifférent. Protégé par Fouquet (1658-1661), la duchesse douairière d'Orléans (1664-1672), Mme de La Sablière (1673-1693) et Mme d'Hervart (1693-1695), il mène une vie de loisirs et publie: élégie aux nymphes de Vaux (1661), Ode au roi pour M. Fouquet (1663), poèmes de circonstance; Contes et Nouvelles en vers (1665 à 1674), récits licencieux en vers irréguliers; les Amours de Psyché et de Cupidon (1669), roman en prose et en vers. Ses Fables (12 livres parus de 1668 à 1694) ont immortalisé son nom. Il s'inspira surtout des Anciens (ésope et Phèdre, notamment), mais il a totalement renouvelé le genre: la fable n'est plus la sèche démonstration d'une morale; c'est un court récit à l'intrigue rapide et vive. La souplesse et le naturel du style sont en réalité le fruit d'un grand travail où le poète a manifesté sa parfaite maîtrise de la langue et du vers. Acad. fr. (1683). © Hachette Livre, 1997.

œuvre traduite en Espéranto.

Lamartine (Alphonse de) (1790-1869) poète romantique et homme politique français. Son enfance s'écoula à Milly (Saône-et-Loire). En 1816, il rencontra Mme Julie Charles, qui sera l'Elvire des Méditations poétiques, publiées en 1820 avec un succès considérable. De 1825 à 1828, chargé d'affaires de France à Florence, il écrivit les Harmonies poétiques et religieuses (1830). élu député en 1833, il se rallia peu à peu à la monarchie de Juillet. Ses poèmes Jocelyn et la Chute d'un ange furent édités en 1836 et 1838. L'Histoire des Girondins (1847) lui valut une grande popularité. Ministre des Affaires étrangères en 1848 et, durant les premiers mois de la révolution, véritable chef du gouvernement provisoire, il cautionna, lors des journées de juin, les mesures répressives, et son échec écrasant aux élections présidentielles du 10 déc. 1848 mit fin à sa carrière politique. Ruiné, endetté, il rédigea des récits autobiographiques (les Confidences, 1849; les Nouvelles Confidences, 1851) et un Cours familier de littérature (1856-1869). Il mourut dans l'indifférence. Acad. fr. (1829). © Hachette Livre, 1997.

Langevin (Paul) (1872-1946) physicien français; connu pour ses travaux sur le magnétisme, la détection par ultrasons et la théorie de la relativité. Il montra en particulier, indépendamment d'Einstein et simultanément, qu'énergie et masse ne sont que deux formes d'une même réalité. Il fut également un militant politique, pacifiste et antifasciste, et mit au point, avec Henri Wallon, un projet de réforme de l'enseignement. © Hachette Livre, 1997.

Recherches sur la relativité et la théorie des quantas, il inventa des projecteurs à ultrasons utilisés dans les sous-marins. Ses cendres reposent au Panthéon depuis 1984.

Il importe avant tout de s'en tenir à une langue. L'essai de l'Espéranto a été concluant. Il vit, il prospère, il répond à tous les besoins auxquels doit répondre une langue auxiliaire. Assurons le développement de l'Espéranto, et de lui seul.

Leibnitz (Gottfried Wilhelm) (1646 - 1716) philosophe et mathématicien allemand. Son œuvre révèle une culture universelle. Chez lui, les idées du savant, du métaphysicien et du théologien sont trois aspects différents d'une même pensée. Méditant sur le principe de continuité en mathématique et sur la notion d'infini, il découvrit, en même temps que Newton, le calcul différentiel et intégral (1676). En physique, il substitua au mécanisme cartésien, qui réduisait la matière à l'étendue, une dynamique reposant sur la notion de force vive. En tant que philosophe, il a développé une étonnante théorie de la substance: chaque sujet (ou monade) exprime à sa manière l'univers entier. Mais, si la monade individuelle exprime bien la totalité de l'univers, elle ne le fait que très partiellement par des représentations claires; du reste des choses, elle n'a que des perceptions confuses, et le passage du confus au clair constitue la dynamique intérieure de son développement. La Création est ainsi comparée à un mécanisme, Dieu ayant créé les monades selon un système cohérent fondé sur une "harmonie préétablie": bien qu'elles soient sans influence réelle les unes sur les autres, chaque monade existe en "concordance" exacte avec toutes les autres. Pour Leibniz théologien, l'être parfait, en raison même de sa perfection, a choisi, parmi d'innombrables combinaisons de monades, celle qui réalisait "le meilleur des mondes possibles", celui où le mal est toujours le moindre mal; ce point de vue a été (avec beaucoup de légèreté) ridiculisé par Voltaire (Leibniz est le Pangloss de Candide). Principales œuvres: Nouveaux Essais sur l'entendement humain (1704) [V. article essai], Essais de théodicée (1710), Monadologie (1714). © Hachette Livre, 1997.

S'il y avait une langue unique sur la terre, la vie des humains s'allongerait d'un tiers.

Lumière (Louis) (1864-1948) chimiste et industriel français, inventeur du cinématographe et précurseur du septième art. Il tourna, à partir de 1895, de nombreux films: la Sortie des usines Lumière, l'Arroseur arrosé, l'Arrivée du train à La Ciotat. © Hachette Livre, 1997.

Membre de l'Institut.

L'emploi de l'Espéranto pourrait avoir les plus heureuses conséquences en ce qui touche les relations internationales et l'établissement de la paix.

Mitterrand (François) (1916-1996), homme politique français. Député en 1946, il fut plusieurs fois ministre, notamment de l'Intérieur dans le cabinet Mendès France (1954-1955). Hostile à de Gaulle dès 1958, il participa à la création de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (1965), puis rénova le parti socialiste, dont il fut le premier secrétaire de 1971 à 1981. Candidat de la gauche unie à la présidence de la République en 1965 et en 1974, il signa avec le parti communiste et les radicaux de gauche, en 1972, le programme commun de gouvernement de la gauche, qui ne reçut pas l'approbation des électeurs en mars 1978. élu président de la République en mai 1981, il nomma successivement deux gouvernements: le premier, présidé par P. Mauroy (1981-1984), mit en œuvre les réformes annoncées par le programme socialiste (nationalisations, décentralisation, etc.), le second par L. Fabius (1984-1986), inaugura une politique d'orthodoxie financière. Les élections législatives de mars 1986 portèrent la droite au pouvoir (gouvernement de J. Chirac) et Fr. Mitterrand devint le premier président de la "cohabitation". Réélu le 8 mai 1988, il vit son second septennat s'achever sur une nouvelle cohabitation (gouvernement d'é. Balladur, 1993-1995). © Hachette Livre, 1997.

Lettre du 13 avril 1981 au Secrétaire Général de SAT-AMIKARO, Henri Masson

Référence : II-443-SL/MFZ

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous remercie vivement de la lettre que vous m'avez adressée et que j'ai lue avec attention.

Je me permets de vous préciser que mes amis parlementaires ont déposé lors de la précédente session de l'Assemblée Nationale une proposition de loi tendant à inclure la langue internationale ESPERANTO dans l'enseignement secondaire et l'enseignement supérieur comme langue à option.

Si les Français m'accordent leur confiance, je demanderai au Gouvernement de soumettre au Parlement cette proposition de loi.

En espérant avoir ainsi répondu à votre question, je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire Général, à l'assurance de mes sentiments distingués.

Signature : François MITTERAND

Molière (Jean-Baptiste Poquelin, dit) (1622-1673) auteur dramatique et comédien français. Son père, tapissier ordinaire du roi, le mit en 1635 au collège de Clermont (auj. lycée Louis-le-Grand), dirigé par les jésuites. Après des études de droit (il avait obtenu le titre d'avocat), il céda à un irrésistible attrait pour le théâtre et fonda avec un groupe d'amis, les Béjart, la troupe de l'Illustre-Théâtre (1643): ce fut un échec retentissant. Molière et les Béjart, se joignant à une troupe de comédiens ambulants, partirent pour la province et jouèrent de ville en ville pendant treize ans. Rentré à Paris en 1658, avec la troupe, dont il avait pris la tête, Molière bénéficia de la protection de Monsieur, frère du roi. Il obtint son premier triomphe l'année suivante avec les Précieuses ridicules. La troupe se fixa alors au Palais-Royal (1661). En quinze ans Molière composa et monta plus de trente pièces: l'école des maris (1661), l'école des femmes (1662), Tartuffe (1664), Dom Juan (1665), le Misanthrope (1666), le Médecin malgré lui (1666), Amphitryon (1668), l'Avare (1668), Georges Dandin (1668), Monsieur de Pourceaugnac (1669), le Bourgeois gentilhomme (1670), les Fourberies de Scapin (1671), les Femmes savantes (1672), le Malade imaginaire (1673). Bien que jouissant de la faveur du roi, qui riait à ses pièces, Molière fut, sa vie durant, en butte à de nombr. attaques (querelle sur les Précieuses ridicules, l'école des femmes, le Tartuffe). Miné par ses luttes, son travail acharné, ses chagrins domestiques (son mariage en 1662 avec Armande Béjart, de vingt-deux ans sa cadette, fut malheureux), il mourut à cinquante et un ans, après avoir dû, à la suite de convulsions, interrompre la représentation de sa pièce le Malade imaginaire. En 1680, Louis XIV, en hommage posth. au grand dramaturge, ordonna la fusion de la troupe de Molière avec celle de l'hôtel de Bourgogne, créant la Comédie-Française, la "Maison de Molière". © Hachette Livre, 1997.

"L'Avare" a été traduit en 1904 par Samuel Meyer; "Don Juan" en 1907 par le Dr Noël.

Zamenhof traduisit "George Dandin" en 1908.

Montesquieu (Charles de Secondat, baron de La Brède et de) (1689-1755) écrivain français. Il devient conseiller au parlement de Bordeaux en 1714, et "président à mortier" en 1716. Le succès de ses Lettres persanes (1721), reportage critique sur la société française par un Persan fictif, l'attache à la littérature. En 1728, songeant à écrire un grand ouvrage politique, il voyage à travers l'Europe pour se documenter, puis compose les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734). Son œuvre maîtresse, De l'esprit des lois, qui paraît anonymement à Genève en 1748, a un grand retentissement; aux attaques des jansénistes et des jésuites répond une Défense de "l'Esprit des lois" (1750). Montesquieu a, le premier, mis en lumière l'interdépendance de tous les aspects de la vie sociale (juridiques, économiques, moraux, religieux), sans toutefois les inclure dans un système déterminé; libéral, il croit à la nécessité de réformes et ne désire pour la France qu'une monarchie constitutionnelle, calquée sur le modèle anglais: s'il a fortement inspiré les législateurs en 1791, il sera rapidement dépassé par les conventionnels. Acad. fr. (1727). © Hachette Livre, 1997.

La communication des peuples est si grande qu'ils ont absolument besoin d'une langue commune.

Orzeszkowa (Elisa)

Zamenhof traduisit "Marta" en 1910.

Oswald (Wilhelm) (1853-1932) philosophe et Prix Nobel de Chimie en 1909.

L'adoption d'une langue auxiliaire assurerait un puissant progrès à l'humanité... Pour ceux qui entretiennent des relations avec des personnes de langue étrangère, une telle langue doit être la seconde langue à maîtriser; elle leur épargnerait l'étude d'autres langues étrangères le jour où la connaissance de la langue auxiliaire serait généralisée.

Leçons sur la nature de la philosophie (1901).

Paul VI (Giovanni Battista Montini) (1897-1979), pape de 1963 à 1978; successeur de Jean XXIII, il continua son œuvre œcuménique, conciliaire et sociale. Ses voyages dans le monde entier (Terre sainte et Inde, 1964; Istanbul, 1967, etc.) ont constitué une grande nouveauté. © Hachette Livre, 1997.

Nous adressons notre salut et notre souhait aux participants du 36ème Congrès International des Espérantistes catholiques. C'est notre souhait sincère que nous valorisons par notre bénédiction apostolique.

Pelé (Edson Arantes do Nascimento, dit) (1940 -), footballeur brésilien, surnommé le Roi ou le roi Pelé. Trois fois vainqueur de la coupe du monde avec l'équipe du Brésil (1958, 1962, 1970). © Hachette Livre, 1997.

L'espéranto sera très utile en général pour les sportifs, pour les rapprocher et leur faciliter des relations amicales et sportives.

Perrin (Jean) (1870-1942), physicien français; connu pour ses travaux sur les rayons cathodiques. Il mesura le nombre d'Avogadro. Prix Nobel de physique 1926. © Hachette Livre, 1997.

membre de l'Académie des Sciences, cendres transférées au Panthéon.

(voir Broglie).

Pie X (saint) (Giuseppe Sarto) (1835 - 1914), pape de 1903 à 1914. Il entra en conflit avec la France, à l'occasion de la séparation de l'église et de l'état, en 1905; il condamna le mouvement "le Sillon" de Marc Sangnier (1910) et le modernisme. © Hachette Livre, 1997.

Il envoya un télégramme en Espéranto aux Congrès Universels de Genève ( 1906), de Cambridge (1907) et de Barcelone (1909).

Je reconnais l'utilité de l'Espéranto pour conserver l'unité entre les catholiques du mode entier. L'Espéranto a un grand avenir devant lui.

Pie XII (Eugenio Pacelli) (1876 - 1958), pape de 1939 à 1958. Durant la Seconde Guerre mondiale, il donna asile à de nombreux persécutés et créa un Office d'information pour les prisonniers et les réfugiés; mais son manque de prise de position officielle lors de l'extermination des juifs par les nazis lui a été reproché. Pie XII a accentué le caractère international de l'église romaine en créant de nombreux cardinaux non italiens. Il proclama le dogme de l'Assomption en 1950; sur le plan théologique, il adopta une attitude conservatrice. © Hachette Livre, 1997.

J'entrevois à l'Espéranto dans l'avenir de la civilisation une place similaire au latin au Moyen âge. Comme langue mondiale il deviendra dans quelques années un instrument de paix et d'unité entre les peuples.

Platon (v.428-347 ou 348 av. J.C.) philosophe grec. Issu d'une famille aristocratique, il fut d'abord élève du philosophe, disciple d'Héraclite, Cratyle, puis disciple de Socrate. Après la mort de celui-ci (399), il voyagea, puis, vers 387, fonda, à Athènes, dans les jardins d'Académos, une école dont l'enseignement "ésotérique" n'est connu que par certains textes du plus illustre de ses élèves: Aristote. En revanche, nous possédons la quasi-totalité de ses écrits, rédigés sous forme de dialogues dans une prose attique admirable. On les classe habituellement en trois grands groupes: les dialogues socratiques (Hippias majeur et mineur, Alcibiade, Ion, Criton, Charmidès, Lachès, Lysis, Euthyphron, Protagoras, Apologie de Socrate)), œuvres de jeunesse consacrées à la défense de la mémoire de Socrate ou à des recherches morales selon la méthode socratique; les dialogues systématiques (Gorgias, Ménexène, Euthydème, Ménon, Cratyle, Phédon, le Banquet, la République, Phèdre), qui développent la théorie des Idées; les dialogues critiques et métaphysiques (Parménide, Théétète, Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias, Lois), œuvres difficiles où cette théorie est révisée et complétée. Ayant étendu au domaine philosophique tout entier la méthode socratique de la recherche de la vérité (maïeutique), Platon aborde le monde des Idées, formes intelligibles, éternelles et parfaites, archétypes des choses sensibles, lesquelles n'en sont que des reflets instables et imparfaits. Il existe donc un Beau, un Juste en soi, auxquels les choses belles ou justes empruntent leur réalité passagère. La connaissance suprême qui procure une vision (théôria) d'ensemble de ce monde intelligible est la dialectique, qui exige du philosophe l'étude préalable de quatre sciences: arithmétique, géométrie, astronomie, musique. Dans ses derniers dialogues, Platon, élargissant et approfondissant sa doctrine, ne considère plus les Idées comme une pluralité de réalités distinctes; ce sont des mixtes, constitués par un mélange (du même et de l'autre, de l'un et du multiple, du fini et de l'indéfini). De même, l'Idée et la réalité sensible sont chacune des mélanges. Les mixtes successivement formés n'en manifestent pas moins une finalité réelle: l'Univers, dans ses moindres détails, est le règne de l'harmonie et du divin; aussi l'homme doit-il "se rendre, autant qu'il se peut, semblable à l'être absolu", soit à l'Intelligence parfaite, au Bien universel, "commencement, milieu et fin de toutes choses". L'influence du platonisme a été considérable sur Plotin, sur les théologiens chrétiens. © Hachette Livre, 1997.

Les dieux auraient favorisé l'humanité, s'ils lui avaient donné une langue commune.

Poincaré (Henri) (1854-1912) mathématicien français. Son examen critique de la mécanique newtonienne contribua à la découverte de la théorie de la relativité. Il a résolu des problèmes sur les équations différentielles dont on croyait les solutions inaccessibles et fit faire un pas décisif à la théorie des fonctions d'une variable complexe. © Hachette Livre, 1997.

Membre de l'Académie des Sciences et de l'Académie Française.

Voir : Becquerel pour "Internacia Scienca Revuo"

Rabelais (François) (1494-1553) écrivain français. Sa première éducation se serait faite chez les cordeliers (franciscains) de l'abbaye de La Baumette, près d'Angers; elle se poursuivit au couvent de Fontenay-le-Comte, où il reçut la prêtrise (1511) et se livra à l'étude approfondie des langues anciennes: latin, grec, hébreu. Vers 1524-1525, il passa dans l'ordre des Bénédictins (séjour à l'abbaye de Maillezais) et se défroqua en 1527. On le retrouve ensuite étudiant en médecine à Montpellier (1530), médecin de l'Hôtel-Dieu de Lyon (1532), chanoine au chapitre de la collégiale de Saint-Maur-des-Fossés (1537), enfin curé de Saint-Martin de Meudon (1551). C'est en 1532 qu'il publia, sous le pseudonyme d'Alcofribas Nasier (anagramme de François Rabelais), les Horribles et épouvantables Faits et Prouesses du très renommé Pantagruel. L'ouvrage, satire burlesque de l'éducation scolastique médiévale, fut censuré par la faculté de théologie, de même que la Vie inestimable du grand Gargantua, père de Pantagruel, publiée en 1534, mais qui constitue le premier livre de l'œuvre prise dans son ordre chronologique romanesque; suivirent le Tiers Livre (1546), le Quart Livre (1548-1552) et le Cinquième Livre (1564), sans doute en partie apocryphe. Sous des bouffonneries énormes, Rabelais avançait des idées qu'il eût été dangereux, à son époque, d'exprimer en clair: il attaquait la tyrannie de la scolastique, l'ignorance des moines, l'absurdité des guerres et condamnait la religion lorsqu'elle était confondue avec le pouvoir temporel. Créateur d'un univers romanesque qui intègre toutes les formes d'expression, tous les "parlers" du temps, Rabelais mêle la bouffonnerie à l'émotion, le mythe au réel, la raison au délire, la culture savante à la culture populaire. Ses héros, tels Gargantua et Pantagruel, géants à l'appétit insatiable, ou Panurge ("qui fait tout"), l'homme ingénieux en tout, sont devenus légendaires ainsi que l'abbaye de Thélème, où une société d'égaux s'adonne aux plaisirs du cœur et de l'esprit. © Hachette Livre, 1997.

C'est erreur de dire que nous ayons langage naturel: les langues sont par institution arbitraire et convention des peuples.

Richet (Charles) (1850-1935), médecin et physiologiste français, fils d'Alfred Richet. Il découvrit, avec P. Portier, l'anaphylaxie. Une partie de son œuvre, abondante et diversifiée, est consacrée aux phénomènes métapsychiques. Prix Nobel de médecine 1913. © Hachette Livre, 1997.

Membre de l'Académie des Sciences, il manifestait ouvertement sa sympathie pour l'Espéranto, soit dans ses œuvres, soit dans ses articles.

Sa tragédie en 4 actes "La Mort de Socrate", traduite en Espéranto par Jean Couteaux, Dr en Droit, devait faire partie du programme de Congrès avorté de Paris en 1914. Une autre de ses œuvres "Paix et Guerre" a été traduite en espéranto par Henri Vallienne.

Rolland (Romain) (1866 - 1944), écrivain français. Il professa un humanisme axé à la fois sur l'idéal patriotique et sur l'internationalisme: pièces de théâtre à caractère populaire (les Loups, 1897; Danton, 1901; le Quatorze-Juillet, 1902), biographies (Beethoven, 1903; Michel-Ange, 1907; Tolstoï, 1911), manifeste pacifiste (Au-dessus de la mêlée, 1915), récits (Colas Breugnon, 1919), deux grands cycles romanesques: Jean-Christophe (10 vol., 1904-1912), "roman-fleuve" (mot de Rolland) consacré à un musicien imaginaire de génie, et l'âme enchantée (7 vol., 1922-1934). En 1923, il fonda la revue Europe. Prix Nobel de littérature 1915 (décerné en 1916). © Hachette Livre, 1997.

Pour que les peuples s'entendent, il faut d'abord qu'ils entendent. Que l'espéranto rende l'ouïe à ces sourds dont chacun, depuis des siècles, est muré dans son langage.

Rostand (Jean) (1894-1977) biologiste français, fils d'Edmond Rostand, écrivain, humaniste, membre de l'Académie Française. Importants travaux sur la parthénogénèse, la tératologie et l'hérédité (dans son laboratoire personnel). Il est l'auteur de nombreux ouvrages: l'Homme (1941), la Génétique des batraciens (1951), Notes d'un biologiste (1954). Académie française (1959). © Hachette Livre, 1997.

L'unité de l'espèce humaine appelle l'unité de langage... J'espère que le moment n'est pas loin où tous les hommes pourront communiquer entre eux par l'Espéranto.

à l'occasion de la parution de son livre "Ce que je crois", il a déclaré :

C'est avec une grande satisfaction que je m'associe à tous ceux qui souhaitent de voir se généraliser l'étude d'une seule langue internationale, capable de faciliter les échanges culturels entre les nations.

Je ne doute pas qu'en travaillant pour la diffusion de l'espéranto, on ne travaille aussi pour une meilleure transmission du savoir et pour la compréhension mutuelle des peuples.

Rollet de l'Isle (),

L'espéranto possède une richesse d'expression bien supérieure à celle de la plus riche des langues existantes ou mortes. Il est facile de la comprendre : la faculté illimitée, mais systématisée, de former des mots par simple juxtaposition d'autres mots, permet d'accroître jusqu'à l'infini les ressources du vocabulaire, d'exprimer les nuances les plus subtiles, de faire naître des sensations intellectuelles nouvelles par la rencontre d'idées connues, mais non encore rapprochées.

Schiller (Friedrich von) (1759 - 1805), poète et dramaturge allemand. Dans ses premiers drames (les Brigands, 1782; la Conjuration de Fiesque à Gênes, 1783; Intrigue et Amour, 1784), qui exaltent le droit des peuples ainsi que la tolérance, on retrouve l'élan du Sturm und Drang. En 1785, il composa l'Hymne à la joie, repris par Beethoven dans sa IXe Symphonie. En 1787, sa pièce Don Carlos a marqué la naissance du classicisme "schillérien". Professeur d'histoire à l'université d'Iéna en 1789, il publia une Histoire de la guerre de Trente Ans (1791-1793) et des essais: Sur l'art tragique (1792), Sur la grâce et la dignité (1793), Sur la poésie naïve et sentimentale (1795), etc. Pour Schiller, le Beau régénère l'organisme social. Dans ses Ballades (1797) et le Chant de la cloche (1799), il mêle réalité et idéal. Wallenstein (1798-1799) marque son retour au théâtre: Marie Stuart (1800), la Pucelle d'Orléans (1801), la Fiancée de Messine (1803); Guillaume Tell (1804). © Hachette Livre, 1997.

Zamenhof traduisit "Les brigands" en 1908.

Shakespeare (William) (1564 - 1616), poète dramatique anglais. Dès 1588, il acquit à Londres une excellente réputation comme acteur et comme dramaturge; il acheta une maison à Stratford (où il vécut de 1611 env. à sa mort) et écrivit ses premiers drames historiques (Henri VI, 1590-1592; Richard III, 1592-1593; Richard II, 1595; Henri IV, 1597-1598), des comédies (la Mégère apprivoisée, 1593-1594; le Songe d'une nuit d'été, 1595; le Marchand de Venise, 1596) et des drames (Roméo et Juliette, 1594-1595; le Roi Jean, 1596-1597). Deux autres drames (Henri V, 1598-1599; Jules César, 1599) et quatre comédies (Beaucoup de bruit pour rien, 1598; Comme il vous plaira, 1599; les Joyeuses Commères de Windsor, 1600-1601; la Nuit des rois, 1600-1601) terminent la période de "jeunesse". Vers 1600, une révolution profonde se produit: les héros shakespeariens, d'une profonde humanité, complexes, sont en proie à de terribles hantises, à la vengeance et à la double énigme de la volonté et de la destinée (Hamlet, 1600-1601), à la jalousie (Othello, 1604), à l'ambition et au remords (Macbeth, 1605), au désespoir et à la folie (le Roi Lear, 1606). Après cette période, qu'illustrent également Troïlus et Cressida (1601), Mesure pour mesure (1604), Antoine et Cléopâtre (1606) et Timon d'Athènes (1607), Shakespeare revient à une vision plus sereine du monde: Périclès (1608), Cymbeline (1609), le Conte d'hiver (1610), la Tempête (1611), Henri VIII (1612). à l'exception de ses premiers poèmes (Vénus et Adonis, 1593; le Viol de Lucrèce, 1594; Sonnets, 1609), Shakespeare n'a rien publié sous son nom de son vivant, et l'on ne possède aucun manuscrit de ses œuvres; aussi, certains ont-ils émis des doutes, généralement écartés par la critique moderne, sur le personnage ou sur la paternité de son œuvre. © Hachette Livre, 1997.

Zamenhof traduisit "Hamlet" en 1894 et sa pièce "Comme il vous plaira", traduite par Yvi Kellermann a été présentée au Congrès de Washington en août 1910.

Suttner (Berthe Von) (1843-1914) romancière pacifiste autrichienne, Prix Nobel de la Paix 1905.

Dans l'internationalisme croissant qui lira les peuples du monde en un rassemblement pacifique, la langue Espéranto constitue l'organe le plus important.

L'introduction de cette langue comme objet d'étude obligatoire dans toutes les écoles est le but le plus proche vers lequel on doit tendre.

Tchekhov (Anton Pavlovitch) (1860 - 1904), écrivain russe. Son œuvre, dont l'influence fut profonde tant en Russie qu'en Europe, est une peinture amère et souvent satirique des classes moyennes russes. Une tristesse poignante se dégage de ses très nombreuses nouvelles, brèves et dépouillées à l'extrême (Morne Histoire, la Cigale, la Salle no 6, la Dame au petit chien), et de ses pièces, "drames du quotidien" qu'humour et tendresse pour les destins "médiocres" enveloppent d'une pénétrante atmosphère: Ivanov (1887), la Mouette (1896), Oncle Vania (1897), les Trois Sœurs (1901), la Cerisaie (1904). © Hachette Livre, 1997.

Ami de Zamenhof lors du séjour à Moscou de ce dernier, pour faire des études de médecine sur l'ordre de son père (Août 1879-Juin 1880)

Tito (Josip Broz, dit) (1892-1980), maréchal et homme politique yougoslave. Fils d'un forgeron, soldat austro-hongrois passé dans l'armée Rouge (1917-1923), cofondateur du parti communiste yougoslave, de nombreuses fois incarcéré (notamment de 1928 à 1934), secrétaire général du Parti en 1937, il organisa la lutte armée contre l'occupant nazi (1941-1945), à la tête d'un gouvernement provisoire révolutionnaire. Après la proclamation de la république, il devint chef du gouvernement (1945-1953), puis président de la République (élu à vie en 1974). En 1948, Tito refusa de suivre les directives de l'U.R.S.S. et édifia dans son pays un socialisme fondé sur l'autogestion tout en se rapprochant des puissances occidentales pour le développement de l'économie. Réconcilié avec l'U.R.S.S. après la déstalinisation, il défendit avec fermeté l'indépendance de la Yougoslavie et soutint Dubcek en 1968. Son prestige dans le monde, notamment dans le tiers monde (il fut l'un des champions du non-alignement), a été considérable. © Hachette Livre, 1997.

Jeune, il apprit l'Espéranto en prison.

Doivent apprendre l'Espéranto les intellectuels, tous ceux qui ont des contacts avec l'étranger, et principalement les travailleurs.

Tolstoï (Léon) (1828-1910) écrivain russe. Issu d'une famille noble, il s'engagea dans l'armée en 1851. Ses premières œuvres, autobiographiques, furent groupées dans étapes d'une vie (1856). Les Cosaques (1863), roman à la morale proche de celle de Rousseau, affirment la supériorité de l'homme de la nature (le Cosaque Iérochka) sur l'officier mondain (Olénine). Les Récits de Sébastopol (1868) furent salués par la critique. Son roman Guerre et Paix (1865-1869) constitue une brillante épopée de la lutte héroïque du peuple russe contre l'envahisseur français. Après Anna Karénine (1876-1877), ouvrage d'une fine analyse psychologique, sa critique d'une société corrompue par le luxe, le plaisir, le mensonge, continuera de s'exercer dans des récits tels que la Mort d'Ivan Ilitch (1886), la Sonate à Kreutzer (1889). à l'issue d'une crise de conscience (Confession, 1882), il prôna un christianisme ascétique. Résurrection (1899) poursuit le procès de la société russe, développant le double thème de la déchéance et du rachat. Dans Qu'est-ce que l'art? (1898), Tolstoï attaqua "l'art pour l'art". Tâchant de vivre en simple paysan, en quête de perfection morale et dans une ultime tentative d'accorder sa vie à ses principes, il s'enfuit de chez lui et mourut dans la petite gare d'Astapovo. © Hachette Livre, 1997.

Les sacrifices que fera tout homme de notre monde européen en consacrant quelques temps à l'étude de l'espéranto sont tellement petits, et les résultats qui peuvent en découler tellement immenses, qu'on ne peut pas se refuser à faire cet essai.

Lettre aux Editions Posnednik du 27/04/1894

Verne (Jules) (1828 - 1905), écrivain français. Sa rencontre avec l'éditeur J. Hetzel, qui ne cessa de l'aider, lui permit de recueillir de gros succès dans le genre qu'il avait créé avec Cinq Semaines en ballon (1863): le roman d'anticipation scientifique, fondé principalement sur le progrès technologique, qui permet la connaissance et la conquête, à la fois positives et fantasmatiques, des terres, des mers, du ciel. Voyage au centre de la Terre (1864), De la Terre à la Lune (1865), les Enfants du capitaine Grant (1867-1868), premier ouvrage d'une trilogie qui allait comprendre Vingt Mille Lieues sous les mers (1870) et l'île mystérieuse (1874), le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873), Michel Strogoff (1876), Robur le Conquérant (1886) comptent parmi ses romans les plus célèbres. © Hachette Livre, 1997.

Son livre inédit jusqu'en 1993 traite en 50 pages de l'Espéranto dans le récit "Voyages d'études".

La clé d'une langue commune, perdue dans la Tour de Babel, peut être seulement construite par l'usage de l'Espéranto.

Voltaire (François Marie Arouet, dit) (1694-1778) écrivain français. Fils d'un notaire, il fit ses études chez les jésuites du collège de Clermont (auj. lycée Louis-le-Grand). Plutôt que de faire son droit, il préféra fréquenter les milieux littéraires (libertins) et écrire des vers, dont certains, jugés insolents envers le Régent, le firent embastiller (1717-1718). Sa tragédie œdipe (1718) et le Poème de la Ligue (1723) lui apportèrent le succès, mais il retourna à la Bastille après une querelle avec le chevalier de Rohan-Chabot; libéré au bout de cinq mois, il s'exila à Londres (1726-1729) et considéra dès lors l'Angleterre comme le pays de la liberté. De retour en France, il publia des tragédies inspirées de Shakespeare (Brutus, 1730; Zaïre, 1732), une étude historique destinée à dénoncer la "folie des conquêtes" (Histoire de Charles XII, 1731), la critique des dogmes du christianisme (épître à Uranie, 1733) et des écrivains à réputation surfaite (le Temple du goût, 1733); mais le scandale soulevé par l'édition d'une satire des mœurs et des institutions françaises (Lettres philosophiques sur l'Angleterre ou Lettres anglaises, 1734) le poussa à accepter l'hospitalité de la marquise du Châtelet dans son château de Cirey (Lorraine). Chez la "divine émilie" (1734-1749), il rédigea notam. le conte philosophique Zadig ou la Destinée (1747), dans lequel il raille la présomption humaine et dénonce les injustices sociales. De 1744 à 1747, il connut une brève grâce auprès de Louis XV. Privé de l'aide de Mme du Châtelet (m. en 1749), il accepta l'invitation du roi de Prusse, Frédéric II, à Potsdam (1750), où, correcteur des vers de son hôte, il écrivit le Siècle de Louis XIV (1752) et le conte philosophique Micromégas (1752). S'étant fâché avec son protecteur, il revint en France (1753), mais non à Paris. Son poème héroï-comique la Pucelle (1755) scandalisa les catholiques, son Essai sur les mœurs (1756) excita contre lui les protestants, son Poème sur le désastre de Lisbonne (1756), réfutation acerbe de l'optimisme de Leibniz, lui attira l'inimitié de Rousseau. à la recherche d'une résidence tranquille, il acheta en 1759 le domaine de Ferney, où il passa ses dernières années, les plus fécondes: Candide ou l'Optimisme (conte philosophique, 1759); Tancrède (tragédie, 1760); Traité sur la tolérance (éloge de la raison, 1763); Jeannot et Colin (conte philosophique et satire des parvenus, 1764); Dictionnaire philosophique (prem. éd., 1764); l'Ingénu (conte satirique dénonçant la corruption des mœurs politiques, 1767). Ses combats incessants contre toute forme de restriction apportée à la liberté individuelle (il défendit Calas, La Barre, Lally) lui acquirent, au sein de la bourgeoisie libérale, une immense popularité; deux mois avant sa mort, lorsqu'il vint à Paris assister à la représentation de sa pièce Irène (1778), la ville lui réserva un triomphe. Esprit universel d'une immense culture, Voltaire a laissé une œuvre gigantesque et inégale. Polémiste brillant et parfois versatile, chez qui la légèreté n'exclut pas la profondeur, il incarne "l'esprit français" de son siècle. Adepte d'une philosophie plus "pratique" que métaphysique, défenseur d'une civilisation de progrès, il n'a cessé de lutter pour la liberté, la tolérance et la justice. Acad. fr. (1746). © Hachette Livre, 1997.

La diversité des langues est l'un des plus grands fléaux de la vie.

Zamenhof (Lejzer Ludwik) (1859 - 1917), ophtalmologiste et linguiste polonais; créateur (en 1887) de l'espéranto. © Hachette Livre, 1997.

Quand les peuples pourront se comprendre, ils cesseront de se détester.

Reklamo: Esperanto, samniveliga lingvo