Esperanto, langue commune équitable pour l'Europe
Multidic 2016 : Dictionnaire français-espéranto de 51000 entrées. Dictionnaire français-espéranto pour smartphone Android ici
Traduko de la esperanta vorto (ekz.: jxauxdo):
Traduction du mot français:

Kiam UEA translokiĝis de Londono al Roterdamo? 
     
Esperanta vorto por: fuĝi el militista servo 
En la kategorio 'objektoj'
Kio estas tio?

Via respondo (ekz. jxauxdo):

Position de l'Union européenne sur l'espéranto


Si vous avez d'autres informations pour compléter cette page, utilisez le lien "kontakto" sur la page d'accueil.

13 avril 2000. 202473. Lettre de Mme Nicole Fontaine, présidente du Parlement Européen à M. Germain Pirlot.

Monsieur,

Je vous remercie de votre lettre du 21 février 2000, par laquelle vous approuvez mes réactions suite à l'entrée au gouvernement en Autriche de l'extrême droite. Vous m'exposez également vos inquiétudes sur le principe de la limitation du nombre de langues officielles dans l'Union au Français, Anglais et Allemand.

Comme vous l'indiquez dans votre lettre, depuis le Traité d'Amsterdam, les droits attachés à la citoyenneté s'accompagnent d'une nouvelle disposition concernant la faculté pour tout citoyen de l'Union d'écrire à une Institution européenne et de recevoir une réponse dans une des onze langues officielles de l'Union.

L'élargissement de l'Union européenne accroîtra sensiblement le nombre de langues utilisées. A cet effet, l'usage d'un nombre restreint de langues officielles permettra de limiter le coût très important des traductions dans les réunions de travail. La conférence intergouvernementale chargée de travailler sur la révision des Traités en vue de l'élargissement se penchera sur la question.

Pour l'instant, aucune disposition n'est arrêtée et je puis vous informer que la politique de l'Union européenne tend à ne favoriser aucune langue car tous les textes fondamentaux sont traduits dans toutes les langues officielles des pays membres. Le Parlement européen veillera à ce qu'aucune des langues ne soit désavantagée.

En vous remerciant de votre intérêt pour les activités du Parlement européen, je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Nicole FONTAINE


23 mars 2000. Extrait d'une déclaration de Nicole Fontaine, Présidente du Parlement européen, devant le Sénat français.

     "Plus l'Union s'étend, plus fortement se posera le problème des langues. Ce problème n'est ni mineur, ni passéiste. La langue, c'est la conscience d'une nation, le fondement de son identité. Elle structure la pensée autant qu'elle l'exprime.

     Aujourd'hui les 11 langues officielles de travail sont traitées à égalité au Parlement européen. Avec l'élargissement, elles seront plus de 20. Nul ne sous-estime les complexités techniques et le coût du maintien de cette reconnaissance à égalité, ni le fait que l'Union ne peut devenir une Tour de Babel.

     La solution de facilité est bien connue : l'anglais s'impose de plus en plus comme la langue européenne de plus grande commodité. Face à cette solution, il ne s'agit pas de partir lance au vent et de combattre le parler anglo-américain".


11 janvier 2000 : lettre (SG(99)D/280012) de M. David LIPMAN, cabinet du président de la COMMISSION EUROPÉENNE à Germian Pirlot à Oostende (B)

Monsieur,

Le président de la Commission européenne, Monsieur Romano Prodi, m'a chargé de vous remercier de votre aimable courrier du 17 décembre 1999, par lequel vous avez bien voulu lui présenter, ainsi qu'à sa famille, vos meilleurs vœux pour 2000.

Le président a apprécié votre engagement en la construction européenne et votre intérêt pour l'usage des langues. La construction européenne a en effet comme but d'assurer la paix et le respect de l'identité culturelle de tous les citoyens européens. Bien que l'Union européenne apprécie les efforts de tous ceux qui promeuvent l'espéranto, elle a choisi une approche différente, en adoptant onze langues officielles.

Cette "égalité dans la diversité" garantit que le riche héritage culturel et linguistique qui caractérise l'Europe sera maintenu. Des efforts supplémentaires pour accroître les connaissances linguistiques des citoyens européens contribueront non seulement à rendre cet héritage encore plus accessible mais renforceront également la cohésion et la compréhension mutuelle à l'intérieur de l'Union européenne.

En formant également nos meilleurs vœux pour le Nouvel An, à vous et à ceux qui vous sont proches, je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.

David LIPMAN


17 mai 1995. Réponse donnée par Mme Cresson au nom de la Commission à la question écrite E-1113/95 posée par Marie-Paule Kestelijn-Sierens (ELDR) à la Commission le 12 avril 1995

Les compétences de l'Union dans le domaine de l'éducation sont déterminées par l'article 126 du traité CE. Cet article stipule expressément que la Communauté doit contribuer au développement d'une éducation de qualité "tout en respectant pleinement la responsabilité des États membres pour le contenu de l'enseignement et l'organisation du système éducatif, ainsi que leur diversité culturelle et linguistique".

La Commission soutient l'enseignement et l'étude des langues et des cultures des États membres. Socrates, le programme d'action pour l'éducation adopté le 14 mars 1995 (décision 819/95/CE (JO N° L 87 du 20 avril 1995)) du Conseil et du Parlement), envisage explicitement de soutenir des initiatives qui contribuent à promouvoir la connaissance des langues des États membres.

L'Union attache une grande importance à la richesse et à la diversité de son héritage culturel, qui se reflète dans ses langues. Une langue telle que l'espéranto n'a pas la richesse culturelle et historique d'une langue naturelle et sa promotion ne fait pas partie des tâches de la Commission.


12 avril 1995. Question écrite E-1113/95 posée par Marie-Paule Kestelijn-Sierens (ELDR) à la Commission (95/C 257/36)

objet: Projets-pilotes concernant l'espéranto

Les promoteurs de l'espéranto en tant que langue universelle et première langue étrangère voient croître ses chances de devenir la langue de travail au sein de l'Union. En effet, avec l'extension de l'Union et la perspective de passer de quinze États membres à une trentaine, le problème des langues officielles et des langues de travail se complique.

L'espéranto est une langue que l'on peut apprendre assez rapidement.

Par ailleurs, la recherche a permis de constater que les enfants apprenant l'espéranto ont de l'avance par rapport à leur classe d'âge en matière de développement général mais aussi et plus particulièrement en matière d'apprentissage des langues étrangères.

La Commission n'estimerait-elle pas opportun de développer des projets-pilotes concernant l'espéranto (tels que le projet Funda-Pax mené conjointement avec l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) dans plusieurs écoles des États membres de l'Union et d'en procéder ensuite à une évaluation approfondie et détaillée?

Réponse : 17 mai 1995

Reklamo: Esperanto, samniveliga lingvo